Psychotherapie - Thérapeute specialiste des angoisses et des etats depressifs: consultations en ligne

Pour en savoir plus
sur les consultations et chater en direct
cliquez sur le spot quand il est vert
Consulter


Les rubriques


Annonces

Stages et coaching intensifs toute l'année par webcam ou par téléphone



Lire... Ecouter


Nos partenaires



=> Pour prendre rendez-vous : cliquez ici
=> Pour consulter mon agendat : cliquez ici


=> Pour toute question en direct sur les consultations et les rendez-vous, cliquez sur le spot clignotant ci- dessus pour entrer sur la chat-room du secrétariat.


"L'important ce n'est pas d'ajouter des années à la vie, mais de la vie aux années"  A. CARREL


Ma pratique repose sur une attitude basée sur l'empathie; une théorie intégrative permettant de mieux cibler les différentes difficultés et s'adapter ainsi à chacune des histoires de vie des personnes accueillies.

Quelques raisons pour lesquelles vous pouvez consulter:

- Avoir peur de l'eau, des chiens, des autres ou de la vie sociale,
- Avoir peur de la mort, se sentir angoissé(e) chaque soir
- Avoir honte de son physique, de sa famille, de son identité
- Ressentir un Mal-être, craindre de ne pas être " normal "
- Etre écrasé (e) par la tristesse, par l'angoisse ou le désespoir
- Toutes les questions quotidiennes dont on n'ose pas parler.

Ma philosophie

" L'important ce n'est pas d'ajouter des années à la vie, mais de la vie aux années ". A. CARREL

" Il n'y a pas d'espoir sans crainte ni de crainte sans espoir " disait Spinoza.

"A ceux qui sont au creux de la vague est réservé ce privilège de découvrir ce que tous les navigateurs connaissent bien : la façon d'orienter sa voile de telle sorte que les vents contraires deviennent des auxiliaires. Car ce qui semblait devoir détruire peut être force de renouveau, et l'obstacle peut devenir le chemin." Etienne MATHIOT

Nous pourrions même dire : il n'y a pas de sérénité sans désespoir, ni de réel désespoir sans une part de sérénité.
Ce simple mot de désespoir, en langue française, définit une telle charge de tristesse.


Qu'est-ce que le désespoir ?

Le désespoir n'est pas une émotion ; c'est une opinion chargée d'émotions ou un état émotif qui découle d'une perception. C'est l'état de la personne qui n'a plus d'espoir concernant une attente de la plus haute importance. Sa confiance d'obtenir ce à quoi elle tient est nulle.

Désespérer, c'est perdre l'espoir qu'on a déjà eu ou n'avoir aucune confiance d'obtenir ce que nous souhaitons. Dans certains cas donc, le désespoir implique une rupture, une perte. Dans d'autres cas, je ne vois tout simplement pas de possibilité.

Le désespoir inclut toujours une impression d'impuissance. Il peut s'agir d'une impuissance réelle. Mais celle-ci peut-être aussi le résultat du découragement devant l'ampleur de la tâche à accomplir.

Le désespoir est aussi accompagné d'émotions. La tristesse est habituellement la plus apparente. La révolte ou la rage peuvent aussi être présentes, clairement ou de façon voilée. Elles peuvent, par exemple, prendre la forme d'un abattement ou d'une résignation devant la fatalité.


Le désespoir est une expérience différente de l'absence d'espoir. Dans le désespoir, l'espoir est toujours premier : il faut donc le perdre (c'est ce qu'indique le mot de désespoir), et cette perte reste douloureuse. Le désespoir est un travail, comme le deuil chez Freud, et au fond c'est le même. Le mot Deuil chez Freud, manifeste, à mon sens, la même ambiguïté, la même hésitation, qui est celle de la vie, la même tension, le même cheminement :

Ainsi la joie ne redevient possible que de l'autre côté de la souffrance comme le bonheur ne l'est que de l'autre côté de la désillusion.
Nous ne faisons pas l'économie du deuil : nous ne faisons pas non plus l'économie du désespoir.


À quoi sert le désespoir?

Quelle leçon plus claire que celle-ci : toute espérance est souvent déçue. Parce qu'elle n'est pas satisfaite, et chacun en connaît le goût, celui de la frustration. Mais il arrive aussi, et ce n'est pas le plus facile à vivre, qu'une espérance soit déçue parce qu'elle a été satisfaite, et que toutefois, force est de constater que sa satisfaction ne nous donne pas le bonheur que nous en attendions. " Ainsi, nous ne vivons jamais, disait Pascal, nous espérons de vivre. "

Mais venons-en à l'essentiel. L'espérance du bonheur nous en sépare et nous voue à la déception, à l'amertume, au ressentiment, pour ce qui concerne le passé, comme à l'angoisse, pour ce qui concerne l'avenir.
Il s'agit donc de passer de l'autre côté du désespoir, ce qui suppose d'abord qu'on accepte de l'affronter, de l'habiter, de s'y perdre. ..

Le désespoir nous met en contact brutal avec nos limites, en particulier les limites du pouvoir qu'il nous est possible d'exercer. Les émotions qui accompagnent le désespoir nous ramènent à des expériences émotionnelles importantes pour nous. Il peut s'agir de réactions encore incomplètes à des situations passées, mais il peut aussi s'agir de réactions à des événements futurs qu'on appréhende. La tristesse, par exemple, peut rejoindre une perte antérieure ou une perte à venir. Il peut s'agir aussi de réactions aux limites que la situation nous force à affronter.

" A ceux qui sont au creux de la vague est réservé ce privilège de découvrir ce que tous les navigateurs connaissent bien : la façon d'orienter sa voile de telle sorte que les vents contraires deviennent des auxiliaires.
Car ce qui semblait devoir détruire peut être force de renouveau, et l'obstacle peut devenir le chemin. " Etienne MATHIOT


Avec vos maux mis en mots, nous pouvons faire un bout de chemin
dépasser votre mal-être, vos angoisses, peurs ou anxiétés
et faire de votre désespoir une force tournée vers l'avenir.



Google

Recherche personnalisée












Création de site & Chat room en ligne: ASW  -  Copyright © 2010 - 2015 -  Numéro SIRET: 497 662 916 000 12  
 Psy au téléphone     Réseau psys online     Sons thérapeutiques     Gestion du stress